, , , , ,

BEARS OF LEGEND A MILLION LIVES

Bears of Legend, 2018

5 octobre, date de lancement officiel pour le 3e album de la formation Bears of Legend. Le septuor de Trois-Rivières qui fait salle comble un peu partout au Québec en plus de s’illustrer favorablement en Europe propose une évolution musicale intéressante avec A Million Lives.

Credit: Étienne Boisvert & Guillaume Grenier

A Million Lives compte 10 pièces originales en anglais et regorge à nouveau d’harmonies vocales riches, de textes sincères et de compositions musicales soigneusement réfléchies.

À l’instar des deux premiers albums de Bears of Legend, la musique folk est toujours présente mais cette fois-ci nuancée avec des touches de pop afin de respecter le son original du groupe. A Million Lives devient ainsi un album un peu moins homogène que pouvaient l’être Good Morning Motherland et Ghoswritten Chronicles. Réservant ainsi une belle surprise pour les fans de la formation.

Une fois de plus on retrouve des pièces soutenues par d’excellent(e)s musiciens et musiciennes. On aime ainsi pour une 3e fois: la voix juste du chanteur David Lavergne, les notes poignantes de Christelle Chartray au violoncelle, les cascades mélodiques savoureuses de Claudine Roy au piano, le jeu tout en nuance et subtilité à la batterie pour Francis Perron, la complicité parolière entre Lavergne et Guillaume Grenier qui joue aussi du banjo et de la guitare, le jeu de basse de Jean-François Grenier et toutes les épices musicales que la polyvalente Jacynthe P. Morand (Accordéon, synths, glockenspiel, percussions) ajoute à la recette gagnante de Bears of Legend. Les membres de la formation élèvent ainsi une musique accessible pour tous.

Mention spéciale aussi aux musiciennes invitées: Laurianne Bouchard et Catherine Laurin qui contribuent agréablement avec alto et violon pour quatre des dix chansons de l’album.

A Million Lives, une musique inspirée du passé et tournée vers l’avenir.

L’évolution musicale peut s’avérer complexe dans l’industrie de la musique. Bears of Legend respecte son essence. Les teintes électriques ainsi que les nouvelles ambiances sonores de synthétiseurs qui s’ajoutent au troisième album sont ainsi organiques à l’écoute pour les fans de la formation. La transition est douce et réconfortante. On a déjà hâte au 4e album pour entendre la suite.

Les chansons coup de coeur d’Effervescence pour A Millions Live

Only you sera le premier single officiel lancé par la formation et pour le moment on vous partage nos chansons préférées de l’album.

I Need it

Pour le sublime « turnover » dans la chanson et le « hook » de feu avec lequel les ours nous ont « teasé » avant la sortie de l’album. Ce petit vers d’oreille qu’on fredonne encore et encore.

Crédit: Étienne Milette & Kevin Bacon Hervieux

Never Gonna Give You Up

« Big thumbs up » pour l’ambiance sonore enveloppante dès le départ de la pièce et les « backs vocals » sublimes qui nous font voyager dans le temps, voire même qui nous font changer de continent.

In my heart of Hearts

Pour la savoureuse pop à profusion et l’audace de la formation de nous proposer un morceau aussi bonbon.

Young Me ( This Inner war)

Pour les effets sonores en « background » qui ajoutent à la pièce et qui apportent à la plume de Bears of Legend, toujours inspirée autant par la vie et par l’humain. Les enfants que l’on entend subtilement sur l’album sont d’ailleurs ceux du chanteur David Lavergne.

Oui, ce sont mes enfants, dehors, à jouer comme des enfants dehors. C’était drôle parce que chaque jour où je passais au studio, chez Francis, il me posait la question « pis? As-tu enregistré tes enfants? ». Il avait vraiment une vision très nostalgique du texte de la chanson et je crois qu’il n’y avait rien de mieux pour imager la quête dont il est question dans la chanson que de passer par cette belle naïveté chez nos enfants. –DAVID LAVERGNE

 

Une direction artistique réussie

Parlant d’inspiration,  Étienne Milette et son acolyte Kevin Bacon Hervieux ont réalisé des oeuvres picturales magistrales pour la pochette de l’album permettant de respecter voire même honorer la direction artistique de Bears of Legend pour A Million Lives.

Une production efficace

À noter que Francis Perron de RadicArt Recording Studio a une fois de plus fait un travail sonore efficace à la production de l’album et que Yannick St-Amand au mastering a bien réalisé son mandat.

A Million Lives, la tournée!

Crédit: Annie Leblanc

Vous devez réserver vos dates de spectacles pour aller voir Bears of Legend en live car, c’est je l’espère, l’album qui les propulsera davantage vers les sommets d’une carrière déjà extraordinaire. En effet, depuis les débuts du groupe, les critiques sont favorables, les membres de la formation ont joué partout au Québec tant en salles que dans les plus grands festivals ( Festivoix de Trois-Rivières, Festival de Jazz de Montréal, Festival d’été de Québec…), leur deuxième album s’est retrouvé au sommet des ventes au Québec lors de sa sortie en 2015, les « likes » et les « views » s’accumulent constamment via les médias sociaux, nos cousins en Europe nous les enlèvent de plus en plus fréquemment et sont présents par milliers pour les applaudir en France, en Allemagne, en Italie, en Belgique…

Se procurer l’album c’est donc bien, mais se déplacer pour aller les voir jouer en vrai c’est une expérience mémorable à vivre absolument pour tout mélomane.

À noté que pour le moment, il n’y a pas de dates de spectacles annoncées pour les villes de Trois-Rivières et Montréal. Rien d’alarmant puisque les Ours nous ont habitué aux agréables surprises. C’est à suivre…

La seule critique ici qui m’empêche d’offrir une note parfaite aux Ours est en fait probablement un toc obsessif auditif de ma part. Question de goût personnel probablement vous me direz, mais pour la première pièce de l’album: Any road to anywhere lors de la première écoute, il m’a semblé qu’un peu plus de parcimonie avec le Glockenspiel aurait été de mise. Tant dans le jeu en surabondance qu’au niveau du son où il était légèrement un peu trop en avant-plan et accrochait légèrement mon oreille bionique d’ancienne Directrice Musicale Radiophonique. Un cas très très léger de « less is more » pour laisser respirer encore mieux la chanson et nous permettre de savourer d’avantage le début de l’album. Rien d’alarmant ici, croyez-moi, une simple annotation que monsieur et madame tout le monde n’observera point.

Vous pouvez me faire confiance lorsque je vous dis ceci: vous devez vous procurez le 3e album des ours, et ce, I-M-M-É-D-I-A-T-E-M-E-N-T.

Avec 4 étoiles sur 5, c’est un pari réussi pour l’évolution musicale de Bears of Legend avec A Million Lives.

www.bearsoflegend.com